20.8.16

des amis épicuriens

a e g e a n  s e a . g r e e c e
15 : 25 J'aborde les côtes d’Utopia. Sans matelot Utopien à bord, interdiction formelle pour moi de pénétrer dans le golfe. Je reste à l'écart donc. J’étrangle la voile et jette l'ancre. Ce que je vois alors me console d’être tenue au large. D'ici l’île est majestueuse. Alors je sors de ma poche mon vieux livre corné, et me plonge dedans, je reste en apnée pour quelques lignes, le temps d'un paragraphe.

" ... Elle s’appelait autrefois Abraxa; Utopus lui donna son nom Les habitants se regardent comme les fermiers, plutôt que comme les propriétaires du sol. La quantité de vivre nécessaire à la consommation de chaque ville et de son territoire est déterminée de la manière la plus précise. L’excédent est mis en réserve pour les pays voisins. Quand il y a dans une ville plus de monde qu’elle ne peut et qu’elle ne doit contenir, l’excédent comble les vides des cités moins peuplées … Le but des institutions sociales en Utopie est de fournir d’abord aux besoins de la consommation publique et individuelle, puis de laisser à chacun le plus de temps possible pour s’affranchir de la servitude du corps, cultiver librement son esprit, développer ses facultés intellectuelles par l’étude des sciences et des lettres … Les Utopiens ont la guerre en abomination … Utopus décréta la liberté de religion … L’or et l’argent n’ont pas, en ce pays, plus de valeur que la nature leur a donné. En effet, l’or et l’argent n’ont aucune vertu, aucun usage. C’est la folie humaine qui a mis tant de prix à leur rareté. Les Utopiens ne renferment pas leurs trésors dans des tours, ou dans d’autres lieux fortifiés et inaccessibles. L’or et l’argent sont destinés aux plus vils usages. L’on en forge aussi des chaînes et des entraves pour les esclaves, et des marques d’opprobre pour les condamnés qui ont commis des crimes infâmes … Les Utopiens ont pour principe que la volupté qui n’engendre aucun mal est parfaitement légitime. Ils définissent la vertu : vivre selon la nature. "

-   Description d'Utopia par Raphaël Hythloday   -   extrait du livre premier et du livre second Utopia (Thomas More)   -

Utopia me rappelle le monde auquel j'appartiens, tout son contraire. Un monde où l’organisation sociale et politique nous contraignent à vivre dans l’individualisme. Notre société est ce grand navire qui navigue à vau-l’eau, gouvernée par des mutins eux même gouvernés par le roi Argent et son fou Religion.
Accoudée au bastingage et admirant une dernière fois cette île surréaliste, je réalise combien cette prise de distance avec Utopia alimente l’espoir d’une transformation de mon monde. Désormais, je garderai à l'esprit que les îles sont les lieux par excellence de l’utopie. Je lève l'ancre et quitte les épicuriens de la République d'Utopie.